Conférence: Le coup de foudre, mythe ou réalité? Cathobel

Le jeudi 22 février, les « Rencontres du Fanal » accueilleront Jean Claude Bologne, qui abordera le thème du coup de foudre. Ce phénomène mystérieux est-il une réalité, ou une illusion? Historien, romancier et essayiste de renom, fin sondeur des sentiments et des comportements humains, Jean Claude Bologne sera l’invité de la prochaine conférence du Fanal, à Bruxelles, ce mois de février. Plusieurs de ses nombreux livres sont aujourd’hui des ouvrages de référence.
source

Exposition : 15% de la population souffre d’un handicap. Cathobel

« Le Ramdam Tournai Festival s’ouvre vendredi. Ce festival du « film qui dérange » sera acccompagné d’une exposition intitulée « 15% de la population est handicapée » au Musée des Beaux-Arts de Tournai. L’Expo 15, qui s’ouvre ce 12 janvier, a vu le jour grâce à Romain Preiser, un Tournaisien qui repère à Rome les photos de Christian Tasso, un photographe dont les sujets principaux sont des personnes atteintes d’un handicap. »
source

Irénée RIGOLOT, ocso, Anthologie des Commentaires Patristiques des Psaumes. D’Hilaire de Poitiers à Bernard de Clairvaux, Cerf. Collectanea Cisterciensia

Cette lecture organique faite par le père Rigolot est le fruit d’une recherche de plusieurs décades, en Europe et en Afrique, sur les Pères de l’Église et les auteurs cisterciens, dans le domaine très monastique des « Commentaires des Psaumes » (Tractatus super Psalmos). Le premier travail porte sur Hilaire de Poitiers (p. 15-188), théologien des Gaules et commentateur des Psaumes à la lumière du Christ ; sa préface aux 58 commentaires qu’il nous a laissés (Instructio Psalmorum) est fondamentale. Elle est ici intégralement reproduite. Au « Théologien des Gaules » fait suite Athanase d’Alexandrie (p. 189-194), qui, dans sa Lettre à Marcellin, nous introduit dans l’univers des Psaumes « comme dans un Paradis ». Saint Augustin (p. 195-212), à la suite d’Hilaire mais plus systématiquement, formulera, en s’appuyant sur de nombreux exemples, que « le Christ Total (tête et membres) est la clé de l’intelligibilité des Psaumes ». Il s’agit chez lui d’une prière méditée des psaumes. L’A. s’arrête un long moment sur l’énorme commentaire de Cassiodore (Expositio in Psalterium) (p. 213-304). Le mystère pascal du Christ éclaire constamment son interprétation. Quelques références à Guillaume de Saint-Thierry (p. 305-312) et à saint Bernard (p. 313-376) nous introduisent dans le monde cistercien. L’A. souligne l’intérêt particulier du recours aux Psaumes dans les Oraisons méditatives de l’abbé de Saint-Thierry et des 17 sermons de l’abbé de Clairvaux sur le Psaume 90. Enfin, une évaluation finale (p. 377) permet une aide pratique dans la fréquentation des Psaumes, guides par excellence de la prière de l’Église.
Jacques Pineault, ocso, Scourmont

Préface papale d’un livre sur les tatouages et la foi des prisonniers. Zenit

Mme Sadowski cite l’histoire d’un détenu, Massimiliano, qui a corrigé son tatouage « Mieux vaut être esclaves en enfer que maîtres au paradis » en mettant un autre : « Mieux vaut être esclaves au paradis que maîtres en enfer». « Il m’a dit, raconte Francesca Sadowski, que la première phrase ne le représentait plus et que dans sa recherche, il a décidé de renverser ce message. »

« Ce fut un épisode très significatif, poursuit Mme Sadowski, compte tenu également de la difficulté de « corriger » le tatouage dans un environnement comme la prison, avec ce profond désir de changer le sens de sa propre vie. »

Après cet épisode et après avoir lu beaucoup de lettres de Massimiliano et d’autres détenus, Francesca Sadowski et le père Eugenio Nembrini ont proposé au photographe Pino Rampolla de photographier des tatouages sur un thème religieux et de les aider à rassembler les témoignages des prisonniers qui avaient décidé d’imprimer sur leur peau le crucifix, le visage du Christ, des portraits de Marie, des prières et demandes d’aide. Ce travail commun a donné naissance au livre.
source