Martin Pradère, Aller tout droit au ciel, Editions de l’Emmanuel. François Dabezies

portrait François Dabezies
« Supérieur du séminaire saint Joseph de Bordeaux, Martin Pradère a écrit : Aller tout droit au ciel avec la petite Thérèse. Pour commencer là où nous sommes, nous avons à aimer la vie qui sert à préparer la vie éternelle. Le Royaume attend les cœurs purs, dit l’évangile dans les béatitudes. Le purgatoire sert pour ceux qui ont besoin de se purifier. La plus grande sainte des temps modernes a trouvé cet esprit d’enfant qui se jette joyeusement dans les bras de son Seigneur miséricordieux. Le mouvement demeure simple, ce qui ne signifie pas facile puisque le malin guette le point faible pour dévier la route. D’où le recours aux sacrements de l’Eglise, à la prière, au jeûne et à l’aumône. Ainsi, avec un cœur d’enfant, nous pouvons aller directement au banquet final du Royaume sans passer par le purgatoire. »
Martin Pradère, Aller tout droit au ciel, Editions de l’Emmanuel, 13 €

Sur les monts du Caucase. Orthodoxie.com

« Les formulations controversées du hiéromoine Hilarion sont sans aucun doute inacceptables au regard de la théologie orthodoxe, car elles témoignent d’une série de confusions (notamment entre signifiant et signifié, entre personne et nature, entre nature divine et énergies divines) et donnent vraiement à certains moments l’impression que le Nom de Dieu prend la place de Dieu. Mais elles n’occupent dans ce volumineux ouvrage de 300 pages qu’une place minime (quelques phrases), et il faut savoir les dépasser et apprécier l’exposé de l’auteur, qui reste l’un des meilleurs exposés sur la Prière de Jésus, et comporte par ailleurs de nombreux développements sur la vie spirituelle qui, tout en étant fondés sur l’enseignement de Pères abondamment cités, ont l’avantage de refléter aussi une expérience personnelle dont le saint starets Barsanuphe d’Optina lui-même louait la profondeur »
source

Erwan Seznec et Rozenn, Le saint, Le Livre noir des syndicats, robert Laffont. La Nef

« Le syndicalisme à la française tel que le décrivent Erwan Seznec et Rozenn Le Saint, est un syndicalisme d’appareil, au financementc ontestable, bureaucratisé, miné par desc onflits internes et qui est souvent fort éloignéd es préoccupations concrètes des salariés et des entreprises »

source

Coup de coeur du Jury pour A l’écoute de ton Visage de Jean WITT, éd. DDB

Coup de coeur du Jury pour J.Witt
du vendredi 22 avril 2016 au lundi 25 juillet 2016

PRIX Spiritualités d’aujourd’hui 2016 :
Coup de coeur du Jury pour
A l’écoute de ton Visage de Jean WITT

Créé en 2000 par le Centre méditerranéen de littérature sous la présidence fondatrice d’André Chouraqui, le prix Spiritualités d’aujourd’hui vise
à récompenser des représentants de sensibilités et de courants divers et à favoriser le dialogue entre ces courants

Cathédrale de Chartres : Démontage des échafaudages de la nef

La nef de la cathédrale est entièrement libre de tout échafaudage. Après la repose de la dernière verrière restaurée, toute la nef est ré-ouverte aux fidèles le mercredi 13 juillet.
Plus de 100 mètres de long / 37 mètres de hauteur sous voûte / Plus de 5000 m2 de parements
Une confrontation au décor authentique, celui qu’ont retrouvé les restaurateurs, sous la maîtrise d’ouvrage de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Centre et la maîtrise d’œuvre de l’architecte en chef Marie Suzanne de Ponthaud : les parements ocres (enduits de sable) à décor de joints donnent une tonalité chaleureuse à l’édifice ; les colonnes et arcs surlignés de blanc (chaux) accrochent la lumière.

Le 15 août les grandes festivités mariales auront lieu dans une cathédrale qui a retrouvé son aspect d’origine.
Aspect d’origine ? Les volumes retrouvés. La lumière qui rentre en plénitude. Les couleurs qui scintillent, car les vitraux, également d’origine, sont restaurés.
Les fidèles de Chartres et les pèlerins pourront célébrer en admirant ce qu’ont vu les hommes du XIII° siècle : le jour où a été consacrée la cathédrale.