Télé, série : « The young Pope » Canal +. Pas la peine de regarder !


Sans être parano, quand Canal + annonce une série « évènement » ayant pour cadre le Vatican et mettant en avant un Pape « jeune », on peut craindre le pire. Qu’en penser ?

Beaucoup de médias sont élogieux à l’égard de la série et invitent « à ne pas (la) manquer » (RTL). Et 20minutes d’expliquer « Pourquoi « The Young Pope » va secouer les grenouilles de bénitier » puisque « La série de Paolo Sorrentino met en scène un jeune pape américain fondamentaliste, despotique et névrosé ». Le décor est planté.

Certes, il n’est pas question d’interdire quoique ce soit mais, à la longue, on peut se demander pourquoi, dans la grande majorité des cas, le Pape, l’Eglise ou encore l’institution sont présentés comme des névrosés ? Bien sûr, cela signifie un intérêt profond de ces artistes, non pour le fait religieux, sinon ils feraient de pareille séries sur le Dalaï Lama ou sur un calife, mais pour le catholicisme. Est-ce de la haine ? Est-ce de l’envie ? A vrai dire on ne le sait pas vraiment.

Alors, si vous vous posez la question de savoir si vous allez regarder cette série, voici quelques critiques de médias chrétiens :

La Vie (qui a pu visionner les deux premiers épisodes) : « Si vous attendiez une série documentaire sur les arcanes du Vatican et les affres de la fonction, veuillez frapper à une autre porte. Le réalisateur Paolo Sorrentino dont la série The Young Pope, très attendue, a été montrée au compte-gouttes aux journalistes avant sa diffusion (sur Canal+ à partir du 24 octobre) jette le spectateur dans des intrigues de pouvoir et utilise la fonction papale comme une toile de projections pour ses fantasmes. La série témoigne néanmoins d’une certaine fascination pour l’Église et l’influence morale et politique qu’elle exerce. »

La Croix trouve de réelles qualités à cette série : « Oscarisé pour La Grande Bellezza, Paolo Sorrentino, successeur de Fellini, se lance dans l’aventure d’une série télévisée au long cours (dix heures) avec une maestria époustouflante, brillantissime. Il réalise un opéra visuel. » Avant de poser un jugement clair : « Une vision volontairement caricaturale et irrévérencieuse ».
Ce paragraphe de la critique de Jean-Claude Raspiengeas résume bien, me semble-t-il, ce double jugement (grande perfection au plan technique et jeu parfait des acteurs mais vision partisane de l’Eglise par le cinéaste) : « Cardinaux cacochymes, complotistes, cyniques, carriéristes, apparatchiks et courtisans, intrigues de couloirs et médisances auxquelles Pie XIII tend l’oreille, sa description caricaturale de la Curie risque d’alimenter les préjugés sur le Saint-Siège mais, au fond, elle s’inscrit dans la grande tradition du cinéma local. En flirtant avec les limites, Sorrentino se comporte en Italien. Irrévérencieux envers cette institution omniprésente, impressionné par sa puissance symbolique et esthétique. »

Même son de cloche pour France Catholique : « Avec des images et une photographie superbes, Paolo Sorrentino (Il Divo, La Grande Bel lezza, Youth) confirme son grand talent. Mais, pour faire vivre une série ayant pour personnage principal un pape, il faut respecter, au minimum, la vraisemblance, ce qui est loin d’être le cas dans cette œuvre inégale, qui oscille entre humour, satire, émotion, etc., sans jamais approfondir. Malgré une interprétation exceptionnelle, le spectateur finit par s’ennuyer avec cette histoire peu crédible et peu palpitante. Au milieu des combines du Vatican et du comportement pour le moins bizarre du pape, il y a quelques pépites de spiritualité. Mais il y a aussi une brève scène suggestive. »

Malheureusement, je crois que tout est dit et il n’est peut-être pas nécessaire de s’abonner immédiatement à la chaine cryptée pour regarder cette série.

TG

Une réflexion au sujet de « Télé, série : « The young Pope » Canal +. Pas la peine de regarder ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *