Concert hommage à Polnareff par Géry Lippman. CathoBel

Géry Lippman et ses musiciens seront sur la scène du Trocadéro, à Liège, pour chanter le répertoire de Michel Polnareff.

C’est en 2005 que Géry Lippman, auteurcompositeur-interprète liégeois a lancé ce projet d’hommage à Michel Polnareff. Accompagné de musiciens hors pair, il fait ainsi profiter son public d’un beau moment en interprétant celui qui l’a ému au moment de sa plus tendre enfance avec des mélodies et une poésie d’avant-garde pour l’époque, et qui ont définitivement marqué l’histoire de la chanson française… Au piano et avec sa voix haut perchée, proche de l’original, Géry interprète des chansons inoubliables comme « Lettre à France », « Holidays », « Le bal des Laze » et bien d’autres dans des versions musicales fidèles aux originales.

Dès qu’il chante, Géry EST réellement Polnareff. A tel point que dans « Good bye Marilou » le public ne manque jamais d’applaudir spontanément en plein milieu du refrain, tellement c’est extraordinaire et même troublant. A noter également que la première partie de cette soirée (organisée par le Comité de soutien des mouvements de jeunesse de Soumagne) permettra de découvrir Valérie Last, dont les chansons parlent d’amour, de folie, de voyages, des femmes d’aujourd’hui dans un univers teinté de poésie et d’émotion.

Au Trocadéro de Liège, le dimanche 6 novembre à 15h. Billetterie, prix unique 29,50 € – www.troca.be – 04/223 34 44
source

À venir : Cycle « Nouveaux Regards sur la cathédrale ». Cathédrale de Chartres

À venir : Cycle « Nouveaux Regards sur la cathédrale »

Le Service Accueil-Visites de la cathédrale, après 38 conférences de re-découverte de la cathédrale, vous propose maintenant quelques perspectives inattendues : les vitraux restaurés et encore méconnus du clair-étage (abside, haut chœur – et bientôt haute nef), les ‘régionaux de l’étape’ (saints chartrains), le versant monstrueux des sculptures et vitraux (diables et démons).

Mais aussi de nouvelles ‘façons de voir’ : en suivant un fil rouge, qui peut toucher au cœur (miséricorde), en nous glissant dans la tête d’un théologien et en adoptant les yeux d’un fidèle du XIII° siècle (lire les portails).

De nombreux coups de cœur pour nos conférenciers, qui sauront sûrement vous transmettre avec enthousiasme ces nouveaux regards.

Les conférences -chacune étant donnée deux fois- sont programmées à 14h30.
Elles sont assurées par le Service Accueil & Visites, et alternent projections en salle et visites dans la cathédrale.

Programmation :

– Les saints locaux
Saint Lubin, Saint Calétric, Saint Chéron, Sainte Modeste, Saint Avit, Saint Laumer… Connaissez vous leur histoire ? Les gens du Moyen-Âge, eux, étaient passionnés des détails concernant la vie plus ou moins légendaire de ces grandes figures du diocèse. Visite à partir des fresques de la crypte :
dimanche 6 novembre et mardi 8 novembre
conférencière : Marie Francine JOURDAN

– Les vitraux de l’abside
Dans l’axe et en en hauteur. À la place d’honneur, Marie est entourée d’anges et de prophètes qui ont préfiguré l’incarnation. Les recherches des dernières décennies permettent d’entrevoir un réseau de citations bibliques et de détails symboliques d’une richesse exceptionnelle :
dimanche 13 novembre et mardi 15 novembre
conférenciers : Anne DUCET – Gilles FRESSON

– Sur le ‘parcours de la miséricorde’
Depuis un an, il présente plusieurs aspects de la miséricorde – une valeur chrétienne qui parle à tous. L’occasion de revisiter quinze points clés de la cathédrale, qui parlent des choses les plus humaines : d’où viennent-ils ? que disent-ils ? :
dimanche 20 novembre et mardi 22 novembre
conférencière : Françoise BERLY de BUIGNE – André GOUACHE

– Les démons dans la cathédrale
Émergeant des peurs et cauchemars médiévaux, un véritable monde diabolique est là – où la difformité le dispute à l’effrayant et au grotesque :
dimanche 27 novembre et lundi 29 novembre
conférencière : Marie Francine JOURDAN

– Lire les portails… comme en 1200 ?
Sont-ils des récits qui suivent une chronologie ? Des sommes théologiques, qui ajoutent symbole sur symbole ? Des schémas d’explication, qui aiment les symétries ? Des pièces de théâtre patiemment mises en scène ? La recherche documentaire et anthropologique – celle qui interroge les choix du concepteur et le regard du spectateur, ouvre de passionnants horizons :
dimanche 4 décembre et mardi 6 décembre
conférenciers : Marie-Claude CAQUINEAU – Gilles FRESSON

– Les vitraux du haut chœur
Des vitraux restaurés il y a quelques années et qui mettent en avant quelques grandes figures de la sainteté (Martin, Paul, Vincent, Jean, Jacques) – ainsi que l’enfance du Christ :
dimanche 11 décembre et mardi 13 décembre
conférenciers : Jacques BERTRAND – André GOUACHE

Marcher selon l’Esprit. Protestants.org

« C’est en lisant l’Épître de Paul aux Romains que le moine Martin Luther a redécouvert le message libérateur du salut par la foi qui est à l’origine de la Réforme protestante.
« En vue de « Protestants 2017, 500 ans de Réformes », six éditeurs se sont regroupés à l’initiative de la Fédération protestante de France pour proposer un parcours dans ce texte fondateur. »
suite

Alberigo G., Pour la jeunesse du christianisme: le concile Vatican II, Cerf. NRT

« On est en quelque sorte en présence d’un «Que Sais-Je?» de Vatican II. Et c’est déjà un acquis inestimable de voir ainsi ressaisies en deux petites centaines de pages les quelque 3000 pages de la «grande série» (dont il n’est pas inutile de rappeler qu’elle fut publiée en italien, en français, en allemand, en espagnol, en portugais et en russe), sans oublier la quantité importante d’autres ouvrages «préparatoires» et «complémentaires», parus dans le cadre du centre bolognais. Mais là ne se réduit pas, si l’on peut dire, le genre du livre. »
source

Saint Etienne du Mont, chef-d’œuvre de la Renaissance, éd. Picard. Le Monde de la Bible

« Cet ouvrage illustré d’une iconographie variée, ancienne et récente, comprend un index des artistes actifs sur le chantier du XVIe au XXe siècle et un état détaillé des sources à partir desquelles est retracée, avec une précision rarement atteinte, l’histoire d’un monument majeur de l’art français, à la charnière entre Moyen Âge et Renaissance. »
source