Jonction 48 de Udi Aloni. La Vie


La Vie : « La Vie aime : beaucoup (…) D’abord léger, tout juste corsé d’un parfum de thriller et d’humour, Jonction 48 se fait de plus en plus grave. Mais sans jamais perdre de son énergie. Énergie de Kareem, énergie communicative de la musique, qui, loin d’être juste un sympathique auxiliaire, dit « la rage et la résistance », estime Udi Aloni. Et pour crier cette révolte, le cinéaste a trouvé en Tamer Nafar, figure du hip-hop arabe, un Kareem charismatique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *