En rouge et noir, Aude Mirkovic, éd. Scholae. La Nef

La Nef : « Spécialiste bien connue de nos lecteurs du droit de la famille, toujours en pointe pour la défendre et pour dénoncer les transgressions actuelles, Aude Mirkovic nous surprend en nous offrant ici un roman. Et, excellente surprise, un bon roman bien qu’il soit un « roman à thèse », genre qui est rarement réussi, tant les auteurs confondent souvent littérature et essai. Le récit met en scène deux jeunes femmes, Carole, jeune avocate, et Jane, maître de conférences en droit privé, qui associent leur talent pour poursuivre en justice une société américaine qui vient en France proposer des GPA tout à fait officiellement, alors qu’elle est théoriquement interdite. Bien sûr, l’histoire sert ici de support pour dénoncer la GPA, et Aude Mirkovic le fait avec une compétence incontestable et une argumentation claire et solide. Mais elle fait plus en narrant une histoire véritable avec des personnages fouillés qui ont une existence réelle. Ainsi, le message passe-t-il tout naturellement pour le plus grand plaisir du lecteur. Une réussite. » Christophe Geffroy

Evangile selon Jean, de Yves Simoens sj, Éditions Facultés jésuites de Paris. La Croix

« Le Père Simoens suit pas à pas l’évangéliste en 22 chapitres qui correspondent aux 21 chapitres de l’évangile. Un des grands bonheurs de cette lecture est le mélange constant entre une érudition jamais pesante qui peut s’arrêter longtemps sur tel mot grec ou telle expression significative et une hauteur de vue qui n’hésite pas à ‘décoller’ de la littéralité du texte pour parvenir à des considérations de haute volée spirituelle et théologique. A côté de commentaires peut-être plus classiques de cet évangile, comme celle d’un autre jésuite, Xavier Léon-Dufour, paru en quatre volumes au Seuil entre 1988 et 1996, celui-ci devrait également faire date et le courageux qui en entreprendra la lecture, peut-être parfois un peu ardue, ne le regrettera pas ! »
David Roure
source

Marie.Une lecture comparée de Redemptoris Mater (Jean-Paul II) et du Commentaire du Magnificat (Luther) à la lumière des dialogues œcuméniques, d’Anne-Cathy Graber, Cerf. La Croix

« Ce livre est une fort belle étude qui reprend la thèse de doctorat en théologie protestante qu’Anne-Cathy Graber a soutenue à Strasbourg fin 2015. Mennonite engagée dans sa communauté, elle l’est aussi fortement dans la Communauté du Chemin Neuf où elle fit même partie des responsables. C’est donc dire si son histoire personnelle la porte à œuvrer en faveur de l’unité des chrétiens, autant dans sa vie quotidienne concrète que dans sa réflexion intellectuelle. Cet ouvrage, composé pour les deux tiers d’une étude de deux textes mariaux d’époques et de traditions ecclésiales différentes, en est bien la preuve. »
La Croix