Barbara. Signis


« ce film aidera t’il ceux que les moins de 20 ans… qui ne l’ont pas connue, à approcher Barbara ? On le souhaite mais Amalric ne leur propose pas du  »tout cuit ». Et ceux qui ont eu le bonheur de la suivre de concert en concert ou seulement de la voir ne serait-ce qu’une fois en scène, ressentiront-ils devant ce film si beau et réussi soit-il, cette ferveur indicible et cette communion magique que la grande Dame nouait chaque soir avec son public qui longtemps après que le rideau se soit fermé une ultime fois, continuait à chanter ses refrains, uni dans la fraternité, refusant de rompre un moment de bonheur, certain qu’il ne le retrouverait jamais ? »
source

Mémoire, connaissance et zèle dans le combat spirituel selon la Lettre à Nicolas attribuée à Marc le moine. NRT

La Lettre à Nicolas a été insérée dans les oeuvres de Marc le moine, auteur du Ve siècle. Cet opuscule développe un riche enseignement sur la mémoire, la connaissance et le zèle. Il met en lumière leurs relations. La doctrine concernant la mémoire mérite une attention particulière. Le souvenir des bienfaits divins donne accès à la connaissance évangélique et entretient la flamme de la charité. L’enseignement de ce texte trouve un écho dans un récent discours du pape François.
source

Maudie : une femme de talent ! Cathobel


« Une histoire d’amour improbable entre une femme arthritique et un pêcheur solitaire et renfermé qu’il a engagée pour faire son ménage. Deux acteurs de talent sont au service de « Maudie », un biopic tout en finesse et émotion. En réalité, Maudie se révèle une piètre ménagère; au lieu de nettoyer, elle passe son temps à recouvrir les murs de peintures vivaces et colorées. Ce film est basé sur l’histoire authentique de la peintre canadienne Maud Lewis »
source

Les grands esprits… à enseigner! Cathobel


« Le dernier film d’Olivier Ayache-Vidal ne cède pas à la facilité, mais il apporte de l’émotion et oblige à penser. Bien plus qu’une comédie, il offre un autre regard sur les enseignants et les jeunes. ll s’agit de l’histoire de François Foucault (Denis Podalydès), la cinquantaine, professeur de lettres à Paris. Il enseigne au lycée Henri IV, l’une des écoles les plus sélectives et prestigieuses du pays »
source

L’HEURE MILESIENNE, de Louis-Aimé de Fouquières, Éditions Edilivre-Aparis. La Nef

La Nef : « L’ouvrage est clair et bien fait, mais on ne peut s’empêcher de se demander quelles sont les chances qu’a une telle réforme de s’imposer pour remplacer un calendrier faisant déjà l’objet d’un large consensus dans le monde, utilisé depuis plus de 400 ans, et satisfaisant, de surcroît, les besoins de 99,99 % de ses utilisateurs? »

Boris Cyrulnik : “On rencontre Dieu comme on a appris à aimer“. La Vie

La Vie : Le temps passe, mais Boris Cyrulnik n’a toujours pas d’œillères. C’est ce qui le rend unique et passionnant. Le célèbre neuropsychiatre, grand théoricien de la résilience, publie en cette rentrée Psychothérapie de Dieu (Odile Jacob), un étonnant essai dans lequel il surprend, provoque, interroge. La Vie l’a rencontré pour un long entretien exclusif.

Vous écrivez un livre sur Dieu et vous vous tenez à distance du sujet… Pourquoi ?

Je me suis posé en clinicien. Comprendre pourquoi tant de gens croient en Dieu faisait partie de mes désirs. Cela aurait dû faire partie de mon métier. Dès 1993, Michel Manciaux, pédiatre, et Stefan Vanistendael, responsable du bureau catholique de l’enfance à Genève, avec lesquels j’avais travaillé et qui étaient tous deux très croyants, m’affirmaient que la religion pouvait être facteur de résilience. J’étais disposé à les croire, mais pour cela il fallait davantage d’expérimentations. Le déclencheur fut la rencontre des enfants soldats du Congo, lors d’une mission Unicef en 2010. Ces enfants étaient de petits vieux aux os saillants, tout maigres… Ils étaient tragiques. Ils venaient me voir et me demandaient pourquoi ils ne se sentaient bien qu’à l’église. J’étais muet, incapable de répondre à cette question que les théories de la psychologie ne pouvaient résoudre. »

Géhenne, un éloge de la foi. Cathobel

« Géhenne est à l’affiche du VOORire de Liège (Festival International du Rire) qui se déroulera du 17 au 22 octobre dans la Cité ardente. Une pièce qui mêle le tragique et le comique sur fond de religion. A ne pas manquer. Après le formidable succès de son spectacle Djihad (qui a réuni plus de 70.000 spectateurs), l’auteur, acteur et metteur en scène Ismaël Saidi revient avec le deuxième pan de sa trilogie théâtrale »
source