Barry Seal : American Traffic de Doug Liman avec Tom Cruise, Sarah Wright. La Vie


La Vie : « La Vie aime : beaucoup. Tom Cruise, toujours soucieux de l’image qu’il souhaite renvoyer, n’hésite pas à en faire un sympathique casse-cou, à la fois séducteur, drôle et charismatique. On ne se refait pas ! Reste tout de même un long-métrage fort agréable et dépaysant, qui aurait mérité des personnages et un contexte géopolitique plus développés, ainsi qu’un réalisateur plus audacieux. (Jérôme Béalès) »

NOUVELLE HISTOIRE DES GUERRES DE VENDÉE, de Jean-Joël Brégeon et Gérard Guicheteau, Perrin. La Nef

La Nef : « On ne referme pas ce livre – impartial, documenté et facile à lire, mais auquel manquent quelques cartes pour suivre les opérations – sans une immense colère. Car ce qu’il nous rappelle sur les horreurs commises au cours de la Révolution, clef de voûte de notre roman national, est occulté de nos jours, dans un pays si prompt à faire aux autres des procès en négationnisme. « Quand on agit pour le peuple, rien ne peut être mal, erreur ou crime », clame l’un. « Nous ferons de la France un cimetière plutôt que de ne pas la régénérer à notre façon », beugle un autre. Voire. Les bourreaux, ici comme ailleurs, se sont présentés comme de zélés exécutants des ordres venus de Paris. Sauf que chez nous l’Histoire officielle les a absous. On ne fait pas la bonne omelette républicaine sans casser quelques œufs, fussent-ils 200000 à 600000 victimes (estimation de Hoche lui-même). Alors on a noyé, fusillé, sabré, éventré, brûlé vif dans des fours, tanné des peaux. L’inhumanité des Bleus est totale: Bonchamps gracie-til, sur son lit de mort, des centaines de prisonniers? Merlin de Thionville s’en indigne: « Des hommes libres acceptant la vie de la main des esclaves? Ce n’est pas révolutionnaire! Il faut ensevelir dans l’oubli cette malheureuse action! » Tandis que Lequinio propose d’interdire « de prêcher ou d’écrire pour favoriser quelque culte ou opinion religieuse que ce puisse être », afin d’assurer la liberté des cultes « dans toute sa plénitude ». D’aucuns veulent de nos jours « terminer la Révolution ». « Le ventre est encore fécond dont est sortie la bête immonde »… Ça ne s’applique pas qu’aux autres. »

The Party de Sally Potter avec Kristin Scott Thomas, Timothy Spall, Bruno Ganz, Patricia Clarkson. La Vie


La Vie : « La Vie aime : beaucoup. Un appartement londonien donnant sur cour, une femme élégante et son époux. Il est atteint d’un cancer irrémédiable ; elle vient d’être nommée porte parole de l’opposition chargée de la santé (en fait « ministre fantôme »). Ils ont invité des amis, dont un couple de lesbiennes en attente d’un heureux événement, (grâce à la procréation artificielle) et un jeune cocaïnomane en manque. Morale de droite, idées de gauche, tout ce beau monde va laver son linge sale. Sobre noir et blanc, beaucoup de gros plans, unité de temps et de lieux : on n’est pas loin du théâtre filmé, mais magnifié par une mise en scène très fluide et des numéros de comédiens qui se régalent. Un film bref (moins d’1H15), très british, et empreint d’une noirceur qui évoque à la fois Pinter et Joe Orton. » (Bernard Génin)

7 jours, pas plus. Cathobel

Cinéma – Une rencontre renversante

« 7 jours, pas plus » est l’histoire d’une rencontre fortuite qui va chambouler la vie d’un homme enfermé sur lui-même. Ce petit conte autour de l’incommunicabilité ne manque pas d’humour et de sensibilité. Une question toute simple: tout ce qui nous arrive relève-t-il vraiment du hasard? Quel serait le point commun entre une vache qui tombe du ciel, un quincaillier célibataire et maniaque, un jeune Indien perdu, et une jolie Normande qui aime les quincaillers maniaques?