Gundula Janowitz, la voix du ciel Deutsche Grammophon. Homme Nouveau

« Moins connue que son aînée Élisabeth Schwartzkopf ou qu’une Maria Callas, elle est pourtant vénérée par d’innombrables mélomanes comme l’une des plus belles voix féminines du XXe siècle. Un ton pur, brillant, sans trémolo, une ligne impeccable et un timbre rond et chaud. Elle n’avait pas sa pareille pour soutenir sa voix et la maintenir tout en douceur dans les aigus. Karajan en fit très tôt sa soprano préférée, avec qui elle enregistra une Création de Haydn historique, avec Fischer-Dieskau et Fritz Wunderlich. Mais les plus grands chefs se la sont disputée comme Klemperer, Böhm (inoubliables Noces de Figaro), Karl Richter (Messiede Haendel en allemand d’anthologie). Elle était aussi à l’aise dans les opéras (de Mozart à Wagner) que dans la musique religieuse (Bach, Mozart, Beethoven) et les Lieder (Schubert, Richard Strauss). » Deutsche Grammophon, 14CD, 53 € env.

source