Baptisés dans le feu, préf. A.-M. Pelletier, trad Y. Roullière. NRT

Il ne faut pas lire tout cet ouvrage d’une traite… Choisissez un chap. dont le titre vous attire (selon le temps liturgique p. ex). Ce désir ainsi éveillé va être comblé. Quelques pages, la taille d’un article, et vous comprendrez pourquoi Dolores Aleixandre r.s.c., qui a enseigné la Bible pendant une vingtaine d’années à Comillas (Madrid), a été qualifiée de « théologienne du pape François ». Sans être techniquement exégétique, l’Écriture est entendue avec précision et est ouverte aux divers sens qui nourrissent la foi, l’espérance et la charité. Cette écoute spirituelle est fortement ancrée dans le concret du mystère évangélique et en prise avec l’« actualité » du priant. C’est une invitation qu’il reçoit à accueillir la Vie dans la sienne et… à déposer la sienne dans Celle qu’il contemple. Là où le feu est bouté, il arde, il purifie, il éclaire. Que l’oraison soit un nouveau baptême, quoi d’étonnant ? Ne soyons pas surpris de croiser dans cet ouvrage Gulliver, Rainer Maria Rilke ou Simone Weil et tant d’autres personnes de « notre quotidien », pour qui il nous sera peut-être demandé d’ouvrir un chemin encore inexploré. L’Esprit se joint à notre esprit et il nous conduit à la Rencontre. – J. Burton s.j.
source