En attendant les hirondelles. Signis

« Karim Moussaoui ancre son film dans les paysages de l’Algérie, que ce soit la beauté splendide des campagnes ocres et rocheuses, le scintillement du ciel ou les amoncellements de gravats dans les friches urbaines. La mise en scène fait jaillir le quotidien dans les scènes de café, derrière les fenêtres où se tiennent les protagonistes, dans les rues parcourues en suivant les voitures : c’est la vraie vie qu’on donne à voir pendant qu’on nous raconte l’histoire de ces quelques personnages. C’est aussi un film musical : la musique au bar de l’hôtel, une joyeuse troupe de musiciens croisée en plein désert lorsque deux amoureux doivent se choisir ou se quitter, et enfin lors d’un mariage. A chaque fois, des moments comme en suspens, qui accélèrent le romanesque du cinéma et lui donnent une étonnante tonalité qui nous touchent durablement. »
source