Adam et Ève, de Stephen Greenblatt, Flammarion. La Croix

« Par quelle puissance narrative, l’histoire biblique d’Adam et Ève a-t-elle pu passer pour l’authentique récit des origines de l’humanité ? Manifestement fabuleux, avec ses êtres nés adultes, son serpent qui parle et son arbre du bien et du mal, cet épisode inaugural de la Genèse est aussi bref que son rayonnement fut phénoménal. À travers lui, c’est la question du sens de la vie et de la dualité sexuelle, sans cesse remise sur le métier par des siècles de penseurs, d’artistes, de poètes et de mystiques. »
source