Révélations sur la Gendarmerie vaticane Présentation d’un livre aux Musées du Vatican. Zenit

L’ouvrage révèle des faits et des circonstances jusqu’ici inconnus des relations entre le Saint-Siège et l’Italie. Les auteurs publient des télégrammes et phonogrammes par lesquels le commissaire italien de la caserne de Police de Borgo, Augusto Bondi, déclare « apprécier la collaboration constructive avec la gendarmerie pontificale », ou une note du baron Carlo Monti, directeur pour les Affaires du culte près le ministère de Grâce et Justice du gouvernement en place et ami personnel de Benoît XV, sur le service militaire des gendarmes. Le pape Benoît XV, écrit le baron, « m’a répété la recommandation déjà faite : prier le gouvernement de ne pas envoyer de gendarmes sous les armes, car cette milice est la seule qui puisse véritablement protéger les palais du Vatican ».

Ce livre met également en évidence « la capacité de la gendarmerie vaticane » à affronter « les défis d’aujourd’hui ». Il s’agit, entre autres, de sa participation depuis 2008 à Interpol, de la constitution du Groupe d’intervention rapide et du Noyau anti-sabotage, de sa coopération avec les services d’information et les polices d’autres États.
source