Michael Lonsdale évoque ses rôles de chrétiens. Radio Vatican

« Interrogé par Sœur Catherine Aubin, pour cette seconde partie, Michael Lonsdale évoque les personnages chrétiens qu’il a joué au cinéma comme le frère Luc dans « Des hommes et des dieux » ou bien Saint Séraphin au théâtre. Auparavant il commence par nous partager les commencements de sa passion artistique alors qu’il est tout jeune et que sa mère lui racontait chaque soir des histoires… »

Spotlight. Radio Vatican

Longue et très intéressante critique du film par Radio Vatican, faisant également le tour des réactions au film de nombreuses conférences épiscopales à travers le monde. Extrait : « De nombreux responsables du Saint-Siège ont aussi exprimé leur intérêt. «Ce film, tous les évêques et les cardinaux, surtout les responsables des âmes, devraient le voir, parce qu’ils doivent comprendre que c’est la dénonciation qui sauvera l’Eglise, et pas l’omerta». C’est ce qu’avait affirmé à La Repubblica, le 18 février dernier, Mgr Charles Scicluna, archevêque de La Valette (Malte) et président du collège spécial visant à traiter, au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), les recours de prêtres accusés de délit graves, à propos du film Spotlight. «Le film montre combien l’instinct, qui était malheureusement présent dans l’Eglise, de protéger la bonne réputation, était une grave erreur», a ajouté celui qui fut promoteur de justice de la Congrégation pour la doctrine de la foi de 2002 à 2012, avant de rappeler: «il n’y a pas de miséricorde sans justice». »

L’intégralité ici

Une sacrée erreur, Cerf. KTO

« A cause d’un accident survenu à sa naissance, Jean-Baptiste Hibon souffre d’une infirmité motrice cérébrale. Cependant, loin d’en faire une faiblesse, son handicap, dont il s’évertue à dépasser la visibilité, devient pour lui une force animée par une foi robuste et profonde… Une belle leçon d’humanité ! »

Source. Diffusé le 21/12/2015 / Durée : 26 minutes

CineRegards.com, partenaire

Nous avons le plaisir d’accueillir le site CineRegards.com comme partenaire.

logo CineRegards

Cinéregard est un site chrétien spécialisé dans l’analyse des films de cinéma.

Notre mission :

Vous informer et vous permettre de sélectionner ce que vous voulez voir. Cinéregard s’adresse en particulier aux familles désireuses d’accompagner leurs enfants dans une formation à la lecture de l’image.

Notre originalité :

L’actualité : Cinéregard s’applique à rendre compte du maximum de films parmi des sorties de plus en plus nombreuses.

La diversité : les rédacteurs viennent d’horizons et de formations très différents : étudiants, enseignants, mères de famille, cinéphiles…

L’analyse : Cinéregard est le seul site à analyser séparément la valeur artistique et la valeur humaine d’une œuvre. Il vous indique le public auquel le film s’adresse : jeunes enfants ou accros de thrillers, vous n’irez plus au cinéma par hasard.

Nos services :

Le moteur de recherche : les films sont classés par date et par genre. Pour aller encore plus vite, vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche.

Les archives : en plus de l’actualité, vous trouvez sur le site les analyses de films de ces dernières années. Utile pour choisir un DVD !

Le site

Bakhita De l’esclavage à la sainteté Film de Giacomo Campiotoo, Sage. AED

Enfin une vidéo sur la vie de la première sainte du Soudan. « Née au Soudan, Bakhita, encore enfant est capturée par des marchands d’esclaves. Frappée et violentée par ses maîtres, elle est vendue à un marchand vénitien qui l’emmène avec lui en Italie. Morte en 1947 et canonisée le 1er octobre 2000 par Jean-Paul II, Bakhita est une illustration parfaite du passage de l’esclavage à la sainteté. Le film est particulièrement réussi. »

Source AED

Bakhita De l’esclavage à la sainteté Film de Giacomo Campiotoo DVD 2 x 100 min, Saje Distribution, 2015, 19.5 €

Merci patron. France Catholique

« Avec très peu de moyens, François Ruffin, qui s’inspire de Michael Moore, réalise une œuvre militante, mais d’une drôlerie irrésistible. Car, dans ce film qui met en scène une réjouissante mystification, le journaliste parvient à obtenir l’impossible : rouler dans la farine le milliardaire ! Certes, ce n’est pas du grand cinéma, mais qu’importe ! Ce film original et surprenant se révèle aussi drôle que profondément humain, et il convainc que David peut toujours battre Goliath… quand il s’agit de venir en aide à des gens dans la détresse. Réconfortant ! »

L’intégralité ici

Documentaire français (2015) de François Ruffin (1h30). (Adolescents) Sortie le 24 février 2016.

Les Innocentes. Le Point

« tant par la musique, pour laquelle le père Longeat a servi de consultant, que par la photographie, sublimée par la chef opératrice Caroline Champetier (Des hommes et des dieux), et le jeu très juste des actrices polonaises, le spectateur est happé par le sujet, pourtant peu « vendeur » au premier abord. En outre, note une religieuse, « le film a cela de positif qu’il rapproche les croyants et les non-croyants », à l’image de l’amitié qui se crée entre la jeune médecin, fille d’ouvriers communistes, et soeur Maria, pour qui « la foi, c’est 24 heures de doutes et une minute d’espérance », une phrase en laquelle beaucoup ont confié se reconnaître. Un jésuite s’approche alors : « J’appréhendais au départ, mais, merci, vous y avez mis de la bonté. » »

L’intégralité ici

Les Innocentes. Le Monde des Religions

Longue interview de Josselin Tricou, doctorant en sociologie, spécialiste des questions de genre au sein du catholicisme, qui répond aux questions du Monde des Religions sur les agressions sexuelles dans l’Église, la chasteté et de foi. Extrait : « Dans le film, les sœurs se questionnent sur leur croyance en Dieu. Lorsque le corps d’un religieux est touché, doute-t-il plus de sa foi ?
« Évidemment ! Quand le corps est atteint, la foi est bousculée. Car celle-ci se développe avant tout par le corps à travers des pratiques religieuses ou des rituels. Par leur vie spirituelle réglée et collective, cette corporéité de la foi est très forte chez les frères et les sœurs. Ce processus d’appropriation de savoir-faire et de savoir-être par l’exercice d’une profession se nomme en sociologie « une incorporation ». Quant au doute, comme le montre très justement ce film, il est permanent. La foi n’est pas un objet possédé, que nous détenons ou non. Dans une scène, une sœur déclare que la foi, c’est 24 heures de doute pour une minute de certitude. C’est très juste. »

L’intégralité ici

The revenant. France Catholique

« Avec une photographie superbe et une mise en scène éblouissante, le cinéaste filme le combat authentique de cet homme qui fait preuve d’une incroyable force de caractère pour survivre, au point qu’il est devenu une légende. Les images de la montagne et des forêts sont de toute beauté, et l’interprétation de Leonardo DiCaprio est exceptionnelle, tant il parvient à transmettre les souffrances de son personnage par un simple regard (même s’il aurait pu maigrir un peu !). Mais le film est trop long. ] La force du héros est impressionnante, même s’il est animé par un esprit de ven geance. Mais certaines scènes très réalistes sont pénibles. Un bref flash suggestif. Il y a des touches de spiritualité, mais la fin, qui rend à Dieu la « vengeance qui lui appartient », est surprenante. »

Source

Aventures américaines (2015) de Alejandro González Iñárritu, d’après Michael Punke, avec Leonardo DiCaprio (Hugh Glass), Tom Hardy (John Fitzgerald), Domhnall Gleeson (Andrew Henry), Will Poulter (2h36). (Grands adolescents) Sortie le 24 février 2016