Création d’un espace baptismal dans l’église de Toucy

Un nouvel espace baptismal va être créé dans l’église de Toucy dans l’ancien espace d’entrée de l’église ,derrière le maître -autel , Il s’agit d’accueillir le baptisé, dans son désir de baptême dans un lieu révélateur.

Le projet de fonds baptismaux comporte 3 piliers sculptés de la plus belle manière par le sculpteur François Rouillot, faisant référence aux paraboles comme symboles :lys des champs, grain de sénevé ,épi de blé ,poissons et filet de pêche…. Ces piliers doivent supporter une vasque en céramique réalisée par frère Yvan de l’abbaye de la Pierre-qui-Vire. Elle permettra de pratiquer par sa taille le baptême par immersion des nouveaux nés.

Bien évidemment ce projet est un investissement et nécessite un financement
Une souscription est lancée par la paroisse pour financer le projet :un appel aux dons
qui bénéficient d’une possibilité de déduction fiscale .
source

Que faire des prêtres pédophiles ? François Vercelletto, Ouest France

portrait François Vercelletto
« L’enquête menée par l’équipe de Cash investigation, associée à Mediapart, sur la pédophilie dans l’Église a mis en évidence les pratiques discutables de certains évêques et responsables de congrégations religieuses.
« Avertissement : L’angle de ce billet sur le sort que l’Église réserve aux prêtres pédophiles n’est en rien un manque d’attention aux victimes, mais relève du choix délibéré de débattre de cette question. »
suite

Quand les chrétiens organisent l’accueil de réfugiés. François Vercelletto

portrait François Vercelletto

« À l’initiative de cinq organisations catholiques et protestantes, un corridor humanitaire a été est lancé, le 14 mars, à l’Élysée, avec la bénédiction de l’État. L’expérience a été menée avec succès en Italie. Cette alternative positive aux « voyages de la mort » en Méditerranée ne coûtera rien aux contribuables. Premiers bénéficiaires : près de 500 Syriens réfugiés au Liban. »
suite

Rencontrer la pensée de Rudolf Bultmann (1884-1976). Evangile et liberté

« J’étais pasteur à Paris quand j’ai découvert l’oeuvre de Bultmann. Ce fut un éblouissement. Une telle manière de comprendre les textes bibliques était en fait déjà celle à laquelle j’aspirais. L’éblouissement fut donc plutôt un épanouissement. Comment se faisait-il que pendant mes études de théologie à Lausanne on ne m’ait jamais parlé de Bultmann »
suite (sur abonnement)