Bartholomée. john-chryssavgisApôtre et visionnaire, de John Chryssavgis, Cerf. La Croix

« Parfois appelé le ‘patriarche vert’, Bartholomée a aussi montré depuis longtemps un intérêt développé pour l’écologie, ce qu’a bien reconnu le pape François tout au début de son encyclique Laudato si’. En 1997, par exemple, dans une déclaration reprise ensuite dans le monde entier, il émit une critique très dure contre tous ceux qui contribuent à la destruction de la planète. Entre 1995 et 2009, il lança huit colloques pour la protection de l’eau en des lieux symboliques (Mer Noire, Danube, Amzone, Mississipi…). »
La Croix

Ouverture mensuelle du musée diocésain à Namur. Cathobel

Le trésor de la cathédrale Saint-Aubain est présenté avec la collection du musée diocésain. Créé au début du XXe siècle, celui-ci a pour mission d’accueillir et de conserver le patrimoine religieux namurois.
Le trésor de la cathédrale, ancienne collégiale comtale, reflète plus de 900 ans d’évolution politique et religieuse de la ville de Namur. Il comporte des œuvres prestigieuses comme la couronne-reliquaire des Saintes épines, reliques provenant de Constantinople, ou la statuette-reliquaire de saint Blaise, qui appartenait aux comtes de Namur. Quant au musée, il préserve des œuvres de types et d’époques très variés (châsse portative mérovingienne d’Andenne, Vierge en majesté de Cens, sculptures du Maître de Waha…). De nombreuses pièces de ce musée voyagent, régulièrement, à travers le monde. Elles sont présentées dans les musées les plus prestigieux. C’est notamment le cas de la couronne-reliquaire des Saintes épines.
Durant la belle saison, le musée sera ouvert tous les premiers samedis du mois: le 5 août, le 2 septembre, le 7 octobre, de 14 à 17h. Une visite guidée est prévue à 15h. L’entrée est gratuite.
source

Un pays sans amarres Françoise Landrot, EDB

Dans Ombres et Lumière, mai-juin 2017:
(…) Grâce à une écriture poétique ciselée, ce beau roman fait revivre une atmosphère intimiste, douloureuse, mais non dénuée d’espérance. L’introspection d’Isabelle en particulier permet de suivre son itinéraire spirituel d’ouverture et de dépossession. Rejoignant à son insu ce « pays sans amarres » dans lequel vit Benjamin.