L’édito Stupeur et tremblements, Virginie Larousse

Virginie Larousse
« Quel est le point commun entre Socrate, Jésus, le chevalier de La Barre ? Tous ont été condamnés à mort pour avoir blasphémé, c’est-à-dire insulté (les) Dieu(x). On ne badine pas avec le sacré. Du moins, on ne badinait pas avec le sacré. Car ces peines prononcées par la justice des hommes pour restaurer l’honneur de Dieu ont fini, au fil du temps, par paraître archaïques, infondées, dans les sociétés démocratiques. Après tout, le Tout-Puissant finirait bien par se faire justice lui-même, le moment venu. En France, les Lumières, la Révolution, la loi de 1881 sur la liberté de la presse et celle de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État sont passées par là. À coup sûr, on en avait fini avec le « péché de langue ». Jusqu’en 1989 où, stupeur, un écrivain britannique, Salman Rushdie, fait l’objet d’une fatwa de condamnation à mort pour un livre jugé blasphématoire envers l’islam. »
source