Du Jourdain au Congo, Art et christianisme en Afrique centrale, RTBF

« Du Jourdain au Congo, Art et christianisme en Afrique centrale » du 22 novembre 2016 au 2 avril 2017

Christianisé à la fin du XVe siècle par les Portugais, le royaume de Kongo a développé un art religieux associant une esthétique africaine aux éléments de liturgie occidentale. Un art métis mis en scène à travers une vingtaine de grands crucifix, rassemblés pour la première fois, mais aussi des figures de saints, de Vierges, et des Christs féminins.

Voir ici

le prieuré de Souvigny et sa Colonne du Zodiaque unique, France Télévision

Extraits : « Souvigny, village de l’Allier de 2000 habitants est un haut lieu de l’histoire médiévale. Son église prieurale, en plus d’être l’une des étapes sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, abrite des trésors vieux de 11 siècles. Visite guidée et retour sur l’histoire de ce monument, élu grand site national.
L’église de Souvigny dans l’Allier, en plein cœur de l’ancienne province du Bourbonnais, a été en partie restaurée ces dernières années. Il s’agit du plus vaste édifice religieux du département, d’origine romane, mais modifié et agrandi aux XIIe et XVe siècles. »

Vidéo et photos : ici

Moïse, prophète à facettes, Libération

Extrait : « Un signe symbolique sur les peintures ou les dessins de Moïse illustre ainsi une différence d’interprétation des textes juifs. Le célèbre Moïse de Michel-Ange, sculpture en marbre du tombeau du pape Jules II à Rome et qui fait l’affiche de l’événement, le figure avec une tête cornée. Car la Vulgate de saint Jérôme, traduction du texte hébreu en latin, dote Moïse de cornes une fois descendu du Sinaï où les tables de la Loi lui ont été remises (Exode 34, 29-30 : qaran «rayonnante», devient cornuta «cornue»). «Au XVIe siècle, les humanistes reviennent au texte originel avec la Bible de septante, détaille Paul Salmona, directeur du MAHJ. Et l’on voit Philippe de Champaigne [dont un portrait exceptionnel est exposé, sur les quatre portraits de Moïse connus du peintre, Moïse présentant les Tables de la Loi, ndlr], le représenter avec des rayons lumineux.»

L’intégralité, ici

Moïse, Figures d’un prophète, La Tribune de l’art

MOÏSE. FIGURES D’UN PROPHÈTE Paris, Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, du 14 octobre 2015 au 21 février 2016. De nombreuses œuvres peu connues, et souvent jamais exposées à Paris, rien que cela justifie de visiter l’exposition du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme. L’objectif de cette exposition iconographique est double : expliquer l’importance de la figure de Moïse à la fois pour la religion juive et pour la chrétienté, raconter son histoire grâce à des œuvres bien choisies.

La suite, ici

Le Musée Marc Chagall se refait une beauté, France Télévision

Restaurations, notamment sur les oeuvres religieuses : « Le musée Marc Chagall s’est donc refait une beauté grâce au concours du ministère de la Culture qui a financé le chantier à hauteur de 850.000 euros. Pas moins de quatre mois ont été nécessaires pour mettre en valeur le bâtiment construit en 1970 et inauguré en 1973 et restaurer certaines oeuvres.

Les cinq tableaux constituant la série « Cantique des Cantiques » ont bénéficié d’un travail de restauration des plus importants au vu de leur détérioration. En cause, la colle utilisée par Marc Chagall qui menaçait leur éclat.

Les douze tableaux du Message Biblique sont également passés entre les mains expertes des restaurateurs mais cette fois pour un simple bichonnage (restauration légère). Le bâtiment en lui-même a profité de quelques aménagements, histoire de retrouver une nouvelle jeunesse mais surtout pour permettre une meilleure conservation des oeuvres. »

L’intégralité, ici

Exposition sur le patrimoine religieux à Saint-Prosper, enBeauce.com

Un résident de Saint-Zacharie, Frédérik Guay, tiendra une exposition sur le patrimoine religieux à la bibliothèque municipale de Saint-Prosper du 11 janvier au 25 février. 

L’homme mettra à la disposition des visiteurs une série de photographies d’architecture religieuse sous le thème « Nos églises, nos musées ». C’est un total de 11 photographies en noir et blanc des églises de la Beauce et des Etchemins qui seront présentées et où les yeux verront la beauté et la simplicité de ses endroits sacrés.

Luc Noppen, historien de l’architecture et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain à l’UQAM, dit des églises québécoises qu’elles sont les châteaux du Québec. Frédérik ajoute à son discours qu’elles sont également des musées, des trésors d’architecture et d’arts visuels.

Les visiteurs peuvent voir l’exposition de 18 h 30 à 20 h 30 les lundis et mercredis, de 13 h à 16 h les mardis et les jeudis ainsi que de 9 h à 11 h 30 les samedis.

Frédérik Guay a obtenu en 2013 un baccalauréat en enseignement des arts plastiques de l’Université Laval et obtiendra en mai 2016 un baccalauréat en arts visuels et médiatiques de la même université. Artiste professionnel de la relève en art contemporain, son travail s’articule autour de la citation et du patrimoine.

Dieu(x), mode d’emploi, Le Petit Palais

« Croyants, agnostiques ou athées, chacun a pris en France l’habitude de vivre dans une société largement laïque. Ce n’est pas le cas ailleurs. Or nous voici tous confrontés à un phénomène nouveau : à la faveur des échanges migratoires et de la mondialisation des communications, les villes d’Europe sont devenues le creuset des religions du monde. Cette rencontre n’est pas facile. Les croyants connaissent leur propre religion, très peu celle des autres ; non-croyants appréhendent mal le fait religieux, pourtant présent dans l’actualité de la planète. Aussi est-il urgent de comprendre ce phénomène, qui risque d’être la grande affaire du XXIe siècle. »

Le suite, icivisuel_catalogue_barnavi_recup_internet

Expériences de mort imminente, La Croix, Claire Lesegretain

L’ancien président de l’Association médicale internationale de Lourdes, a interrogé sept personnes ayant frôlé la mort et ayant entrevu « l’autre monde ».
Expériences de mort imminente
de Patrick Theillier, préface de Mgr Marc Aillet
Artège, 230 p., 18 €

« Depuis plus de quarante ans, il est un signe qu’il ne faut pas laisser passer », annonce d’emblée Patrick Theillier, médecin du bureau des constatations médicales de Lourdes qui a présidé, pendant dix ans, l’équipe internationale chargée d’étudier le caractère inexplicable des guérisons obtenues dans ce sanctuaire. Ce signe est celui « des personnes ordinaires, déclarées en état de mort clinique, qui racontent avoir mis un pied dans l’au-delà, en être revenues in extremis et qui, après cette seconde naissance, mettent l’amour des autres à la première place, ayant pris conscience du caractère sacré de la vie ».

la suite : ici

«La Bible fait partie de notre patrimoine culturel», Christianisme aujourd’hui

Le Valais a décidé de maintenir un enseignement religieux à l’école. Le pasteur Philippe Rothenbühler s’en réjouit.
«La vie chrétienne et la Bible font partie du patrimoine culturel de notre société valaisanne. Pourquoi faudrait-il s’amputer d’une partie importante de notre identité?». Pasteur à l’Eglise de réveil de Martigny, Philippe Rothenbühler est heureux de la décision prise par le canton du Valais de maintenir un enseignement religieux à l’école.
Le 14 décembre, une convention a été signée entre l’Etat et les Eglises catholiques et réformées. Aux yeux de Philippe Rothenbühler, il y a là un désir légitime de «transmission de la mémoire collective», d’autant plus nécessaire à l’heure de l’immigration de masse.

La suite : ici